pays bigouden    
Une terre de contrastes idéal pour la randonnée
et la découverte d'une nature préservée du béton
-
 
 
 
ESPACE DÉTENTE
SERVICES
A PROPOS DU SITE
 
brittany
LES WEBCAMS DU PAYS
BOUTIQUE
test
LE FLUX RSS
RESTEZ INFORMÉS DES DERNIÈRES NOUVEAUTÉS PUBLIÉES
L'HISTOIRE DU PAYS BIGOUDEN
 
 Au Paléolithique :
Au début de cette ère, l'océan se situe 5 à 10 mètres au-dessous du niveau actuel. Une population sans doute clairsemée habite la région, ces hommes installés sur le littoral sont des chasseurs-pêcheurs-cueilleurs semi-nomades, ils sont contemporains de l'homme de Tautavel.
Malheureusement la remontée des eaux de la mer à la fin de l'époque glaciaire a probablement détruit leurs campements.
 
 Au Néolithique :
Un peuple mal connu venant de l'Est s'installa dans le pays, il devait avoir atteint un certain degré de civilisation pour déplacer et mettre debout des pierres dont le poids avoisinait les 200 tonnes. Pendant près de 200 ans ils recouvrirent le sol de menhirs et de dolmens, ce sont les premiers monuments de pierre construits en Europe. Ils introduisirent également une nouvelle religion et des usages funéraires nouveaux, les menhirs seraient des pierres tombales.
 
 A l'âge du fer :
Cette civilisation fut remplacée par des hommes qui avaient des armes et des outils de fer, c'était les Gaulois ou les Celtes. Ils ont laissé de nombreux vestiges dans la région. Ce sont eux qui ont donné le nom d'Armorique ce qui veut dire "Pays au bord de la mer.
 
 2000-600 av. j.-c. :
L'Armorique est dominée par une civilisation très hiérarchisée, avec à sa tête de riches et puissants seigneurs. De nombreux vestiges témoignent d'une occupation gauloise, au Guilvinec, la découverte au fond du Steir dans l'anse de Kervarc'h d'une exploitation de fours à sel atteste de cette présence.
 
 50 av. j.-c. :
Les romains envahirent toute la Bretagne pendant près de 500 ans.
Au moment de l'invasion, les Romains construisent de nombreux camps. On sait qu'il en existait un au sommet du coteau dominant l'actuelle ville de Pont-l'Abbé, au lieu-dit " Ménez Roz Ar Hastel ". On trouve également leurs traces aux abords du château et sur les terres de Tréougy et de Kernuz.
Une voie romaine partait de Quimper et aboutissait à la Pointe de Penmarch en passant par Pont-l'Abbé.
 
 Au Vème siècle :
Arrivé des Bretons refoulés des îles bretonnes - Actuelle Grande-Bretagne - par les Saxons et les Angles, cela dura près de 200 ans. Accompagnant les guerriers et les paysans, arrivent les premiers saints bretons. Ermites ou missionnaires, ils entreprennent d'évangéliser la population en profondeur. Saint-Tudy s'établi à l'Ile-Tudy et ses successeurs fondent un monastère à Loctudy. Peu à peu l'Armorique finie de se celtiser et devient la Bretagne en 470.
 
 Au IXème siècle :
Les Normands remontent le cours de la rivière pillant et détruisant le monastère de Saint-Tudy (Loctudy).
Charles le Chauve, roi des Francs, reconnaît l'indépendance de la Bretagne et Nominoë devient le premier souverain breton.
 
 Au Xème siècle :
Jean, abbé de Landévennec, a aidé Alain Barbe-Torte à chasser les Normands de notre pays qu'ils ont ruiné.
 
 Au XIème siècle :
Les abbés de Saint-Tudy et les seigneurs du pont érigèrent le premier pont sur la rivière (Pont-l'Abbé)
 
 En 1383 :
Le baron Hervé IV du pont fait construire l'important monastère des Carmes, on lui doit également la construction du premier quai, actuellement port de plaisance de Pont-l'Abbé.
 
 En 1488 :
Aux termes du mariage d'Anne de Bretagne il fût établi un traité d'alliance avec la France.
 
 En 1532 :
La fin de l'indépendance Bretonne eu lieu le 13 août 1532, sous le nom de Edit d'Union dans lequel François 1er prend possession du Duché au nom de son Fils le Dauphin. La Bretagne aura gardé sont indépendance pendant 700 ans. C'est d'ailleurs en Septembre 1532 qu'il est précisé dans l'Edit du Plessis-Macé : qu'en ce faisant nous eussions à garder et entretenir les droits, libertés et privilèges dudit pays et Duché. De plus, nous voulons et il nous plait que les droits et privilèges que ceux audit pays et Duché ont eus jadis, et ont à présent, leur soient gardés et observés sans y rien changer ni innover, dont nous avons ordonné et ordonnons que des Lettres patentes en forme de charte soient expédiées et délivrées... Raison pour laquelle il n'y a pas (encore) de péage sur nos autoroutes, qu'on n'ose donc pas appeler autoroute, de crainte de payer sans doute, mais aussi de rouler un peu plus vite.
 
 Au XVIème siècle :
Penmarch fut une des plus riches régions de Bretagne, la pêche à la morue faisait la fortune de ses 15 âmes, mais la morue déserta la côte, puis un raz de marée consécutif à un effondrement en pleine mer, causa de grands dégâts.
 
 En 1589 :
Le brigand La Fontenelle terrorisa la région et détruisit Penmarch.
L'agglomération était trop étendue pour qu'une enceinte la protégeât, chaque maison était fortifiée individuellement, La Fontenelle s'en empara par surprise, il tue 5 000 paysans, brûla 2 000 maisons et chargea 300 barques de butin.
En 1596, il massacre 1500 paysans de Plogastel-Saint-Germain. Pour se venger la garnison de Pont-l'Abbé va l'assiéger dans son repaire de Douarnenez.
 
 En 1613 :
Evangélisation de la région par le révérend Père Le Nobletz.
 
 En 1675 :
Louis XIV créas de nouveaux impôts pour financer la construction du château de Versailles et le luxe de la cour, il fallut désormais employer du papier timbré pour rédiger les actes, l'Etat prit le monopole de la vente du tabac et établit un droit sur l'usage de la vaisselle d'étain. Ces nouvelles taxes causèrent un vif mécontentement, Les paysans se révoltèrent et établissent un programme de revendications populaires intitulé " Le Code Paysan ", rédigé à N.-D. de Tréminou, près de Pont-l'Abbé. Lors de la révolte dite du " Papier timbré " ou des " Bonnets rouges ", des nobles furent maltraités, Le château du pont est pillé et incendié.
En représailles, le duc de Chaulnes, gouverneur de Bretagne, fit pendre les meneurs qui ne purent pas s'enfuir, puis fait découronner les clochers des paroisses rebelles : Combrit (reconstruit un siècle plus tard), Lambour en Pont-l'Abbé, Lanvern et Languivoa en Plonéour.
En souvenir de cette révolte, les bigoudènes portent une coiffe démesurément allongée.

Copyright © 2008 lepaysbigouden.com - Tous droits réservés - Mentions Légales